Jamieson, George Edward (Ted)

George Edward (Ted Jamieson, un membre de la bande Upper Cayuga des Six Nations, est né vers 1922 à Toronto. Il a été cadet de la marine au début de son adolescence puis, quelques années plus tard, il est devenu clairon dans la Réserve des volontaires de la Marine royale canadienne. Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le jeune homme de 18 ans a fait partie du premier groupe de réservistes à être appelé en août 1939. Après avoir suivi un entraînement à la guerre sous-marine au cours de l’automne et de l’hiver suivants, Jamieson, un matelot de 2e classe de la section de l’artillerie navale, a servi pendant toute la guerre à bord du NCSM Stadacona, du NCSM Drummondville et du NCSM Cornwallis.

Affecté aux convois au cour de la bataille de l’Atlantique, Jamieson a aidé à escorter les navires alliés le long des côtes canadiennes et lors des traversées de l’océan. En 1951, il a reçu la Décoration des forces canadiennes (CD) pour souligner ses douze années de service. Il a alors prolongé de cinq ans son service dans la MRC. Promu premier maître de deuxième classe (CPO 2), il est devenu l’un des 3,621 membres de la Marine canadienne à servir dans l’Extrême-Orient.

Durant la guerre de Corée (juin 1950-juillet 1953), Jamieson a servi à bord du destroyer de classe tribal NCSM Iroquois dont la première mission en 1952 consistait à patrouiller dans les eaux coréennes. En raison de sa formation spécialisée dans la guerre anti-sous-marine, on l’employa comme instructeur-chef du maniement des torpilles anti-sous-marines (TAS). Puisque la petite marine de la Corée du Nord avait été détruite dès le commencement de la guerre, les tâches de la MRC consistaient principalement à assurer le blocus des côtes ennemies, à attaquer les postes côtiers ennemies et à protéger les îles environnantes. Ce sont les mines et les batteries ennemies sur la côte qui posaient les plus grands dangers au personnel naval. L’Iroquois fut le seul navire de la MRC à être atteint par le tir d’une batterie côtière le 2 octobre 1952, mais Jamieson fut épargné. Le lendemain, le destroyer est retourné au combat, bombardant des cibles ennemies sur la côte. Jamieson demeura à bord de l’Iroquois jusqu’en janvier 1953.

De retour à Halifax au début de 1953, Jamieson a assumé les fonctions de premier maître de manœuvre. Il était également un spécialiste des manœuvres aériennes anti-sous-marines. Au cours de l’été 1953, il a fait partie d’une équipe affectée à un appareil sonar au sein d’une escadrille américaine d’hélicoptères anti-sous-marins en poste en Caroline du Nord. Il a ensuite servi comme premier maître de deuxième classe et instructeur-chef du maniement des torpilles anti-sous-marines (TAS) à Halifax. Au cours de la même année, la MRC lui décerna la Médaille du couronnement de la Reine. Enfin, en 1955, il a été promu au poste de premier maître de première classe, le grade le plus élevé des sous-officiers supérieurs dans la marine.

Jamieson a pris sa retraite en 1960, mais conserva ses liens avec la marine jusqu’en 1965 en faisant inscrire son nom sur la liste de réserve d’urgence. Il débuta alors une nouvelle carrière dans les services sociaux à titre de sergent d’état-major dans un établissement correctionnel pendant 15 ans, puis comme conseiller pendant 11 autres années dans un centre de traitement contre la drogue et l’alcool sur la réserve des Six Nations. Jamieson est mort à Brantford en 1987 à l’âge de 65 ans.

Lectures complémentaires

  • Anciens Combattants Canada. Soldats autochtones : Terres étrangères. [Ottawa]: Anciens Combattants Canada, 2005. Consulté le 23 mars 2016
  • Jeff Schlingloff, compiler. Aboriginal Veterans Tribute, 2014. CPO Ted Jamieson. Consulté le 23 mars 2016
Notice biographique
Nom et prénom Jamieson, George Edward (Ted)
Aussi connu comme Jamieson, Ted
Nation Haudenosaunee
Nom de bande Upper Cayuga Band
Lieu de bande Six Nations Grand River, ON
Lieu de naissance Toronto, ON
Date de décès 1987-01-01
Notes biographiques A Specialist in anti-submarine techniques, Ted Jamieson instructed sailors aboard the Iroquoisduring the Korean War., He later joined a helicopter anti-submarine squadron., For George Edward (Ted) Jamieson, there truly was no life like the navy. The Toronto-born member of the Six Nations Upper Cayuga Band was a sea cadet in his early teens and, a few years later, a bugler in the Royal Canadian Naval Volunteer Reserve. At the outbreak of the Second World War, the 18-year-old was among the first group of reservists called up., He was still with the navy when the Korean War erupted. During the Second World War, Jamieson, an able seaman90 in the gunnery branch, served on the HMCS Stadacona, the HMCS Drummondville and the HMCS Cornwallis., On convoy duty in the Battle of the Atlantic, he helped escort Allied ships along Canada’s coasts and across the ocean. Jamieson was aboard the tribal class destroyer HMCS Iroquois when it was assigned its first tour of duty in Korean waters in 1952., The year before he had been awarded the Canadian Forces Decoration (CD) for 12 years of service, and had recently extended his term with the RCN for another five years. At this point a chief petty officer second class (CPO 2),91 he became one of Canada’s 3,621 naval personnel in the Far East., On board the Iroquois, Jamieson employed the specialized training he had received in anti-submarine warfare, serving as the Chief Torpedo Anti-submarine (TAS) Instructor., In Korea, however, naval duties were unusual. Because North Korea’s small navy had been destroyed early in the war, RCN crews faced no threats from enemy destroyers., Submarines also posed no danger, although their presence was always considered possible. For the most part, the RCN ships in Korea blockaded the enemy coasts, attacked enemy coastal positions and protected neighbouring islands., In the absence of enemy warships, the greatest dangers to naval personnel were mines and enemy shore batteries. The Iroquois became the RCN’s only battle casualty when it was hit from shore October 2, 1952. Stationed on the Sea of Japan on the east coast, the destroyer was firing at a railway line when it came under attack., Three men died, two suffered serious wounds and eight sustained minor injuries. Jamieson was unharmed. The next day, the destroyer was back in action bombarding enemy targets on shore. Jamieson remained on board the Iroquois until January 1953., While returning to Halifax, he assumed the duties of Chief Boatswain’s Mate.92 The veteran sailor was also a qualified antisubmarine specialist in the air. In the summer of 1953, he served as a sonar93 crewman in a U.S. anti-submarine helicopter squadron stationed in North Carolina. Afterward, Jamieson served as Senior Instructional CPO at the TAS School in Halifax, where he oversaw instructors and prepared course material and examinations., That year he was also selected by the RCN to receive the Queen’s Coronation Medal. In 1955, he was promoted CPO First Class – the navy’s most senior NCO rank., CPO Jamieson retired from the navy in 1960, but maintained an association until 1965 by having his name added to the Reserve Emergency List., He began a new career in social services, working as a staff sergeant at a correctional institution for 15 years, and then as a counsellor at a Six Nations’ drug and alcohol centre for 11 years., Jamieson died in Brantford in 1987 at the age of 65. Cf. https://www.veterans.gc.ca/public/pages/remembrance/those-who-served/aboriginal-veterans/native-soldiers/natives_e.pdf
Conflit WWII, Korea
Unité du CEC RCN
Arme du CEC Navy
Grade militaire CPO
Âge au moment de l’inscription 18
Historique de service R.C.N. Bio, Korea, Senior Instructional
Décédé à l’âge de 65
Autres liens https://www.veterans.gc.ca/public/pages/remembrance/those-who-served/aboriginal-veterans/native-soldiers/natives_e.pdf
Photo https://www.veterans.gc.ca/public/pages/remembrance/those-who-served/aboriginal-veterans/native-soldiers/natives_e.pdf
Identificateur 3934