Pegahmagabow, Francis (Chief)

Source

Récipiendaire de la Médaille militaire avec deux barrettes, Francis Pegahmagabow est le soldat autochtone le plus décoré dans l’histoire de l’Armée canadienne. Il est également reconnu comme l’un des meilleurs tireurs d’élite de la Première Guerre mondiale. On rapporte qu’il aurait abattu au moins 378 Allemands et capturé 300 autres.

Pegahmagabow, un Ojibwa, était un fier membre de la Première Nation de Wasauksing. Il est né le 9 mars 1891, près de Parry Sound, Ontario. Orphelin dès son jeune âge, il a été élevé par sa communauté des Premières Nations. Avant la guerre, Pegahmagabow a travaillé sur les sur les Grands Lacs comme marin-pompier.

Au début de la Première Guerre mondiale, les Autochtones canadiens étaient exclus du service militaire par le gouvernement canadien. Pegahmagabow a toutefois réussi à compter parmi les premiers soldats à s’enrôler dans le 23e Regiment (Northern Pioneers) et, en février 1915, il s’embarquait pour l’Europe. Il s’est retrouvé dans le feu de l’action dès le printemps lorsqu’il a pris part à la deuxième bataille d’Ypres – celle où les troupes canadiennes ont livré leur première grande bataille. C’est lors de cette bataille que, pour la première fois, l’Allemagne a utilisé des gaz toxiques à grande échelle sur le front occidental. Cette bataille sanglante a entraîné la perte de dizaines de milliers d’hommes, mais c’est aussi celle où Pegahmagabow a commencé à se faire une réputation d’éclaireur et de tireur d’élite sans peur.

L’année suivante, durant la bataille de la Somme, Pegahmagabow a reçu la Médaille militaire pour avoir réussi à livrer des messages le long des lignes alors qu’il était, à maintes reprises, exposé aux tirs de l’ennemi. Les 6 et 7 novembre 1917, Pegahmagabow, maintenant promu au grade de caporal, s’est mérité une première barrette à sa Médaille militaire pour ses efforts et son courage durant la deuxième bataille de Passchendaele. L’année suivante, durant la bataille de la Scarpe, Pegahmagabow s’est vu décerné une seconde barrette à sa Médaille militaire, un honneur qu’il ne partage qu’avec 38 autres Canadiens.

Ayant survécu à la guerre, Pegahmagabow était de retour au Canada en 1919, mais ses luttes étaient loin d’être terminées. Bien que généralement traité d’égal à égal sur les champs de bataille de l’Europe, il était considéré comme un citoyen de seconde classe au Canada où il a vécu dans la pauvreté et a été victime de racisme. Les agents autochtones ont contrôlé une grande partie de sa vie, y compris son fonds de pension bien mérité. Il a expédié de nombreuses lettres aux autorités gouvernementales pour réclamer un meilleur traitement et a participé à la formation de quelques-uns des premiers mouvements pour le respect des droits des Autochtones du Canada. Père de six enfants avec son épouse Eva, Pegahmagabow est décédé d’une crise cardiaque le 5 août 1952.

Le sergent Peter Moon, de la base des Forces canadiennes Borden, a déclaré à la CBC: « J’aime l’imaginer comme étant un guerrier pour le Canada dans la Première Guerre mondiale, puis il est revenu et, à cause de la façon dont il a été traité, il est devenu un guerrier pour son propre peuple, et il a beaucoup souffert dans l’un comme dans l’autre rôle. »

En 2006, l’armée a reconnu ses réalisations et ses sacrifices en érigeant un monument en son honneur à la base des Forces canadiennes Borden, lequel déclare qu’il était un « héro de la Première Guerre mondiale ». Il est membre du Temple de la renommée des Indiens qui se trouve au Woodland Cultural Centre, à Brantford, Ontario. Le roman primé de Joseph Boyden, Three Day Road (2005), est en partie inspiré par la vie de Pegahmagabow.

Lectures complémentaires

Notice biographique
Nom et prénom Pegahmagabow, Francis (Chief)
Aussi connu comme Peggy
Nation Ojibwa
Nom de bande Wasauksing First Nation
Lieu de bande ON
Date de naissance 1891-03-09
Lieu de naissance Shawanaga Lake, ON
Date de décès 1952-01-01
Marié avant l’inscription Single
Métier avant l’inscription Marine fireman for the Dept. of Marine and Fisheries
Notes biographiques He was one of only 39 members of the CEF who received the maximum two bars to the MM. Cf. Native soldiers, Foreign battlefields, p 10, After the war, he became chief of the Parry Island Band
Religion Roman Catholic
Conflit WWI
Numéro de service 6846
Dossiers de service http://www.bac-lac.gc.ca/eng/discover/military-heritage/first-world-war/first-world-war-1914-1918-cef/Pages/item.aspx?IdNumber=572634
Unité du CEC 1st Bn 6846
Arme du CEC Canadian Expeditionary Force
Grade militaire Lance Corporal
Date d’inscription 1914-09-15
Lieu d’inscription Valcartier, QC
Âge au moment de l’inscription 23
Historique de service NCO sniper, (MM & 2 Bars)
Décoration militaire http://www.bac-lac.gc.ca/eng/discover/military-heritage/military-medals-1812-1969/Pages/item.aspx?IdNumber=89020&, http://www.bac-lac.gc.ca/eng/discover/military-heritage/military-medals-1812-1969/Pages/item.aspx?IdNumber=89018&, http://www.bac-lac.gc.ca/eng/discover/military-heritage/military-medals-1812-1969/Pages/item.aspx?IdNumber=89019&
Décorations décernées (MM with 2nd bar)
Date de décoration 1916-06-03, 1918-03-13, 1919-02-11
Identificateur 3377